La Bourse ou la Vie

La vraie vie c'est la littérature mais avant tout la vie c'est la vie, pas la bourse, dans tous les sens du terme, la bourse financière, ou toute autre notion d'argent. Blog minimaliste.

Le mois « Zéro déchet » : le bilan 1

Voilà, le mois touche à sa fin et l’expérience zéro déchet aussi ! D’abord, un premier bilan, général, en attendant le suivant, avec notamment le contenu de notre poubelle, et un autre avec quelques adresses, car on pense souvent à tort que l’on n’a pas de vrac à sa disposition dans sa ville, alors que si l’on ouvre l’œil, on trouve des trésors. Si on m’avait interrogée sur les possibilités de Toulouse en vrac, j’aurais eu bien du mal à penser que je pouvais y trouver mon bonheur à ce point-là.

Nous avons donc fait quelques déchets plastiques ou autres, dans la poubelle ménagère. Nous avons aussi un sac en papier de papiers divers, la plupart reçus par la Poste ou provenant de nos propres papiers que nous avons triés. Enfin, nous avons recyclé du verre, comme prévu, principalement pour les bouteilles de vin, la seule denrée « nécessaire » (!!) de notre foyer que nous n’avons pas pu trouver en vrac, et dont nous n’avons « pu » nous passer.

sandwich zéro déchet, bio et végétal (2)Sandwich zéro déchet, bio et végétal : baguette complète au levain achetée sans sac, avocat et tomate séchée. Un délice.

Les moins :

Clairement, les emballages de papier toilette et d’ampoules ont été les plus grosses sources de déchets ménagers… Puisque deux de nos ampoules étaient à remplacer, et que nous n’avons pas eu le temps d’arpenter tous les magasins de la ville pour en trouver emballées dans du carton, nous avons du nous rabattre sur un emballage très plastifié. A améliorer donc : quand on tombe sur des ampoules emballées dans du carton et même si on n’en a pas besoin, on en prend une ou deux et on note l’adresse pour plus tard. Pour le reste, difficile de réduire les déchets de l’homéopathie – heureusement, c’est très occasionnel.

levure de bière et gomasioLevure de bière et gomasio

Les plus :

En ce qui concerne l’alimentation, c’est un sans faute ! Aucun problème pour manger sans générer aucun emballage, plastique ou papier ! Cela m’a permis de découvrir toutes les ressources insoupçonnées de ma ville : huile d’olive, sel, miel en vrac, notamment. J’ai aussi pu oser aller chez les commerçants avec mes tupperwares, bocaux, torchons ou taies d’oreillers… et tous les ont acceptés sans problème, avec plus ou moins de grâce il est vrai, mais avec parfois de vrais mots gentils. J’ai même réussi à oser – c’était ça le plus dur finalement – demander de remporter mes restes du resto indien* dans un tupperware. Impossible pour moi de laisser aller cette nourriture à la poubelle, mois zéro déchet ou pas d’ailleurs, ni non plus d’imaginer rapporter un emballage non recyclable. La pensée que je n’avais pas de poubelle où le mettre – ainsi qu’un peu de vin blanc – m’ont aidée à franchir le cap. Résultat : le serveur a été adorable et nous avons pu finir nos restes à la maison pour un second dîner délicieux.
Par ailleurs, j’ai bien constaté que ces courses zéro déchet créaient du lien social. Partout où j’allais, j’avais un commentaire sur les sacs en tissu, mes torchons, des questions, des remarques, mon fromager avait justement regardé une émission sur le sujet… En tout cas, impossible de faire ses courses incognito. Avec le sans-emballage, c’est conversations assurées !

*Difficile, dans les resto que l’on ne connait pas, de bien doser pour ne pas avoir de restes. Nous avions pourtant commandé très peu, et avons été submergée sous la nourriture !

Printemps, fraises et petits poisFraises et petits pois, c’est le printemps…

Ce que nous garderons à l’avenir :

– Nous allons essayer de continuer à composter les déchets organiques. Leur poids est vraiment trop important et leurs ressources en terme de compost font qu’il me semble maintenant triste de les mettre dans la poubelle ménagère. En espérant que des bacs à compost fleurissent dans mon quartier, parce qu’en attendant, porter mon sceau bien rempli donc très lourd pendant 15 minutes, c’est sympa en été, mais en hiver, je vais moins rire…
– Les achats alimentaires en vrac ! Le fromager n’est pas prêt de me voir arriver sans ma boîte. Certainement, nous achèterons à nouveau les produits qu’on ne trouve pas en vrac et dont nous nous sommes passées bon gré mal gré ce mois, je pense principalement au lait végétal en brique, mais aussi à la crème soja pour cuisiner, ou bien certaines sortes de tofu (aux amandes !). Et pour ma femme, retour des yaourts au soja, mais achetés désormais plus souvent conditionnés dans des plus grands pots pour moins de plastique.

Pour conclure, et il semble très important de le souligner, ce mois nous a semblé joyeux, absolument pas frustrant, nous avons réussi à nous organiser pour qu’il ne le soit pas. Il nous a même donné plein de nouvelles idées pour continuer, de l’élan, de l’envie ! Allez, ça continue !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 31/05/2015 par dans Cuisine sans déchet, Mode de vie, Trucs et astuces.
%d blogueurs aiment cette page :