La Bourse ou la Vie

La vraie vie c'est la littérature mais avant tout la vie c'est la vie, pas la bourse, dans tous les sens du terme, la bourse financière, ou toute autre notion d'argent. Blog minimaliste.

Pourquoi je n’ai plus de téléphone portable.

DSC01881

J’ai eu à 18 ans, en l’an 2000, un téléphone portable comme cadeau d’anniversaire. Un gris, avec un clapet, et une petite antenne rétractable. Autant dire, le top du top pour une jeune adulte en devenir.

Quelques années et quelques grosses factures plus tard, j’ai décidé de résilier mon abonnement téléphonique. Cela fait maintenant trois ans et demi que je n’ai plus de téléphone portable. Au début, c’était plutôt un essai mais j’ai finalement réalisé très vite qu’au contraire, j’allais tenir, et bien tenir, me sentant ainsi libérée d’une laisse indésirable.

Délivrée, d’abord, d’un prélèvement conséquent de quelques dizaines d’euros chaque mois, prélèvement ad vitam aeternam, d’un renouvellement, d’un réabonnement à un autre, d’une une offre magique et exclusive à une autre… l’opérateur nous tient – ainsi que notre compte en banque sous la tutelle d’un prélèvement automatique évidemment – bien serré dans sa main et nous ponctionne tant et plus.

Délivrée également de cet objet maintenant son emprise sur ma vie. « A quelle heure tu rentres ? », « Où es-tu ? », « Que fais-tu ? »… de cette obligation de réponse, de l’insistance des correspondants demandant ici et maintenant la réponse à une de leurs questions cruciales : « On met un œuf ou deux dans le clafoutis ? ». J’estime, n’étant pas ministre, qu’une bonne ligne fixe munie d’un répondeur téléphonique suffit à me relier au monde. De toute façon, où que j’aille, une ligne fixe, sans parler de la multitude des portables qui m’entourent, m’assurent d’être toujours en mesure de tenir au courant mes proches, si jamais l’envie ou le besoin s’en faisaient ressentir.

Le meilleur reste cependant – car je suis une habituée du coming out téléphonique – la réaction stupéfaite des gens ne pouvant pas un instant penser que cela fut possible au XXIè siècle. Je crois cependant que le summum de mon plaisir vient lors de la communication biannuelle avec le service client de mon fournisseur internet – car oui, je ne pousse pas l’archaïsme à ne pas avoir internet, ouf, n’est-ce pas ? –, qui souhaite me vendre un abonnement téléphonique portable. J’aime, je l’avoue humblement, répondre que je n’en ai pas, et ainsi désarçonner totalement mon interlocuteur, ça marche à tous les coups, après toutefois, certaines fois, de très belles tentatives du genre *voix enjouée, c’est votre jour de chance* « Et si c’était le moment d’en avoir un ? ». Et bien non, je n’ai pas attendu seule dans mon coin que l’on m’appelle pour sauter sur l’occasion, il s’agit bien d’un choix et non d’une erreur ou d’un oubli.

Et je regarde, éberluée, agacée, ces personnes marchant sans regarder dans la rue, l’œil rivé à leur smartphone, à leurs mails qui ne peuvent attendre, à leur compte facebook qui les réclame, à leurs sms qui ne souffrent aucun délai de réponse. J’attends également impatiemment la réponse de mon interlocuteur qui se fait attendre, parce qu’il répond à un texto, et pense être discret, et qu’il a perdu le fil de la conversation en route, ou bien n’a tout simplement pas écouté, tout à sa conversation virtuelle…

Je ne souhaite pas pour autant, et là n’est pas ma démarche, donner une quelconque leçon. Je ne suis pas non plus pour l’abandon pur et simple du téléphone portable, ou pour un retour à l’âge de pierre. Je suis seulement persuadée qu’il est bon parfois de s’interroger sur ses véritables besoins, d’oser le faire, de penser à le faire, ce qui n’a rien d’évident, et de réagir en conséquence. Rien, mis à part le minimum décidé par chacun, et qui est variable d’un individu à l’autre, n’est absolument nécessaire, malgré ce que l’on voudrait bien nous faire croire…

« Sommes-nous vraiment libres » demandait, dans une question purement rhétorique, Philosophie Magazine, il y a quelques mois…

La liberté n’est-elle pas d’oser s’interroger sur ce qu’on nous demande de considérer comme acquis et inébranlable ? Encore et toujours questionner, se demander, regarder de côté, décaler notre vision d’un degré.

La prochaine fois, si vous le voulez bien, je vous expliquerai pourquoi je n’ai pas la télévision, encore que cette décision soit déjà nettement plus répandue au sein de la population française.

Publicités

31 commentaires sur “Pourquoi je n’ai plus de téléphone portable.

  1. dom
    01/05/2013

    et bien nous sommes 2…itou, plus de portable….plus de télé…elle est pas belle la vie..?dom

  2. Thomas
    01/05/2013

    Bravo, bel article. Il y a quelques années, j’ai également renoncé au règne de l’immédiateté – au téléphone portable et à facebook.
    Ce comportement devient déviant et donc peut être d’autant plus facile à assumer paradoxalement. Philosophiquement en tous cas, je l’assume encore et encore.

    t.

    • labourseoulavie
      02/05/2013

      Je crois que paradoxalement, ce sont les usagers de téléphones portables qui ont du mal à assumer d’en avoir un, et de se comporter ainsi avec lui…

  3. MORIZET Hervé
    02/05/2013

    Bravo !

    Un peu d’air frais, dans cette atmosphère saturée d’ondes électromagnétiques !!
    et d’inutiles conversations.
    Mais, il faut être honnête, se passer de téléphone portable, ça doit sans doute être plus facile pour quelqu’un comme moi, qui n’en a jamais possédé…

    • labourseoulavie
      02/05/2013

      Inutiles conversations, inutiles mails, inutile trafic « d’informations »… si les gens communiquaient vraiment plus, au moins, mais ce n’est pas le cas, paradoxalement…

    • Seguin
      03/04/2014

      Je n’ai pas de mobile, mais le jour où les communications téléphoniques seront gratuites, entièrement, j’en aurais dix…cqfd.

  4. aimyboulet
    02/05/2013

    Bonjour,

    Je suis journaliste pour l’émission 100% Mag, diffusée sur M6. Nous réalisons un reportage sur les personnes qui ont renoncé à l’utilisation de leur téléphone portable, voire d’Internet.
    Si c’est votre cas et que vous êtes intéressé par le reportage, n’hésitez pas à me contacter.

    Merci,
    Aimy Boulet
    Journaliste M6
    aimy.boulet@gmail.com
    01 45 72 29 27

    • dom
      03/05/2013

      bonjour Aimy
      pourquoi ne pas tenter l’expérience vous-même…? 6 mois..1 an…après pour le reportage on en reparle…?
      dom

    • Rose E.
      03/05/2013

      Bonjour aimy,

      Pour votre émission, ce serait sympa de passer dans un service de neurochirurgie pédiatrique, les gamins sont en train d’ en crever du portable …
      Je doute que les neurochir’ vous en parle librement, mais bon …
      Bon courage !

  5. James
    04/05/2013

    MERCI
    Un grand Merci pour cet article, cela fait du bien de voir que je ne suis pas un dinosaure en voie de disparition. J’ai 35 ans et je n’ai jamais eu de téléphone portable. Et je vis très bien. Je suis triste de voir la place que prend cet outils. Quand je suis sur les quais de gare ou bien dans les transports publiques, tout le monde pianote frénétiquement là dessus et plus personne ne s’adresse la parole (je suis peut-être un peu excessif, mais allons-nous encore vers l’autre, notre prochain??).
    Je suis triste de voir au restaurant des couples ou des amis qui aussi pianotent frénétiquement là-dessus mais ne s’adressent pas ou peu la parole.
    Je suis las de la mélodie que produit de cet instrument sur les individus, Sommes nous pas devenu trop aseptisé, trop égoïste, trop centré sur soi…..et quelle est la finalité de tout cela…??
    J’ai l’impression de voir des êtres drogués qui ont besoin absolument d’être « shooté » quotidiennement (presque minute par minute) à leur smartphone. Mais dans quelle bulle vivent-ils??
    Je ne sais plus comment vivre à côté d’eux…. sentiment d’impuissance tellement la relation est forte entre eux et leur téléphone.
    Je ne mène aucune croisade contre le téléphone portable car j’admets qu’il puisse être un formidable outils pour beaucoup de professionnelle (par exemple)…. mais là où je suis inquiet, c’est que cet outils est devenu pour beaucoup un maître exigent qui domine la vie des gens, les rendant esclave donc les privant d’une partie de leur liberté. Es-ce qu’ils s’en rendent compte??
    Merci encore pour cet article.
    Je serai curieux de voir votre article sur la télévision. J’ai grandi sans TV… puis dans ma vie d’adulte avec mon épouse nous y avons cédé pendant deux ans, pour vite sans séparer à nouveau, cela fait maintenant 7 ans que nous vivons sans… et sans regret…..

    • dom
      05/05/2013

      ((James écrit..mais là où je suis inquiet, c’est que cet outils est devenu pour beaucoup un maître exigent qui domine la vie des gens, les rendant esclave donc les privant d’une partie de leur liberté.))
      il est plus inquiétant de s’apercevoir que derrière ses besoins imposés à la société, se cachent des systèmes dirigés par des personnes sans scrupules..sans états d’âmes….de grâce, éteignez vos portables et vos télés ..allumez vos cerveaux..il est temps..!

      • MORIZET Hervé
        06/05/2013

        Vous parlez d’or !
        Autour de moi, je constate avec effarement cette frénésie envers le « doudou » que semble devenu le portable…
        Parfois je me sens presque gêné, dans le métro ou le tram, lorsque, je me mets à lire un livre, et que je m’aperçois qu’autour de moi, une pléiade de gens, de tous âges, dégainent leur portable, quand ils ne l’ont pas déjà en main et surtout, en permanence…A la limite je me sentirais presque être l’intrus !
        Compulsion semble être le mot juste pour caractériser, cette attitude qui s’est (trop) largement répandue…
        Mais après tout, comme me le suggérait une de mes connaissances : « les gens s’inventent des besoins »

    • Pascal
      10/05/2013

      Ça me fait réfléchir aux correspondances de Mme de Sévigné, Jean de la Fontaine, Balzac… Une lettre d’amour de Chopin à Georges Sand, devait avoir de la gueule quand même ! C’est pas du « Je t’m » ou « J’te kiss bizou A+ » envoyé par sms.

  6. Cautain Robert
    06/05/2013

    Nous sommes de la tranche des 80 ans, et avons connu une époque ou les seuls équipements étaient l’eau sur l’évier et la radio.
    Actuellement nous avons, la radio, le téléphone fixe et internet. Nous n’avons pas de téléphone portable et pas de télévision, nous n’en voulons pas.
    Nous militons contre les ondes, pour aider les gens qui en sont malades.
    Tous ces gadgets sont inventés pour en tirer d’énormes profits. Or nous sommes pour une sobriété heureuse.
    Nous aurions hontes d’être des moutons de panurge !
    Le besoin et l’envie sont sans limite, il faut savoir s’arrêter.

  7. Pascal
    10/05/2013

    Je fais aussi partie de ceux qui n’ont plus de portable ( depuis 3 ans ),mais j’ai arrêté quelque chose de beaucoup plus dangereux depuis 6 ans : la télé.Dire que je trouvais TF1 stupide à l’époque.Les concurrents dépassent les limites de la bêtise.Faire avaler des émissions débiles à longueur d’année à ces même gens qui regarderont un reportage sur les accrocs du portable , c’est quand même très fort parce que ce sont les mêmes personnes.Le principe des reportages étant de montrer des gens plus cons que ceux qui les regardent pour que ceux ci se croient intelligents.On regardant ça, on devient encore plus con alors l’année suivante,les protagonistes des shows le sont encore plus.Et le lendemain dans le métro ou le train, on sort le portable et on hurle sa vie dans le micro en oubliant son entourage.

  8. labourseoulavie
    11/05/2013

    Bonjour à tous, et merci pour ces témoignages… J’aurais aussi aimé lire des commentaires de personnes possédant un téléphone, mais en faisant un autre usage. En tout cas, tous ces regards, décalés, sont intéressants à parcourir. Si jamais certains d’entre vous voulaient témoigner sur leur abandon (ou pas d’ailleurs !) de la télévision, ce serait un bon sujet de post. A bon entendeur… Parce qu’un point de vue, c’est une chose, mais une multitude d’opinions, c’est tout de même plus passionnant. Je rappelle le mail : labourseoulavieleprojet@gmail.com

  9. blabla
    29/06/2013

    Bonjour,
    – Etudiant en école d’ingénieur, 19 ans membre de la génération Y.-
    J’ai eu mon premier portable tardivement pour ma génération, c’est à dire à 18 ans tandis que je voyais mon entourage se munir d’un cellulaire – 🙂 – dès la fin du collège voire avant. Je suis aussi sidéré du nombre de personnes de mon âge et plus jeune tout le temps accrochée à leur téléphone portable, sans un regard sur l’extérieur, peut-être que cela à voir avec mon utilisation tardive, je ne sais pas. Cependant vivre sans internet et sans portable n’est pas franchement quelque chose que je considère pour autant. En effet les nouvelles technologies permettent la centralisation d’informations et le partage de données pour ainsi pouvoir réaliser des choses à plusieurs qui n’auraient jamais été envisagées dans le passé.
    En outre le téléphone et l’instantanéité permet (logiquement) l’accélération des échanges, là où certaines personnes ont l’image des jeunes qui ne prennent plus le temps de vivre, nous on a le sentiment que nous devons profiter au maximum de notre jeunesse et vivre un maximum de choses. Il est certain que si je n’avais pas internet/facebook je manquerais un nombre incroyables de choses intéressantes – et je ne parle pas de diapos avec des fleurs ou de photos de chatons photoshopées.

    Après, il y a peut être un choc de génération et on apprécie autant le monde mais à notre façon. En tout cas il est clair que ces technologies ne sont que des outils et que je n’ai pas passé les meilleurs moments de ma vie derrière un écran.

    • labourseoulavie
      03/09/2013

      Héhé, de mon temps, on ne comptait pas les générations par tranche de dizaines, mais enfin ! Certainement, les choses vont beaucoup plus vite maintenant 😉
      mais je ne suis pas contre internet, ni la communication via internet, la preuve, je suis là.

      • MORIZET Hervé
        19/09/2013

        Même point de vue pour ma part, en ce qui concerne la communication via les possibilités offertes par Internet : messagerie électronique, réseaux, Skype etc.

        Quant à la télévision, je m’en suis également éloigné progressivement et, aujourd’hui elle n’est plus qu’un accessoire qui ne me branche plus…
        Quelqu’un (je ne sais plus qui) n’a t-il pas dit d’ailleurs : « Quand la télévision s’allume au salon, je sors un livre…»
        voilà en gros ma position.

        A bientôt

        Hervé

    • Seguin
      03/04/2014

      Au moins une bonne nouvelle : pendant les épreuves du bac le portable n’est pas autorisé…donc au moins pendant deux heures…

  10. Montécot
    19/09/2013

    Bonjour à tous,
    Pour un article sur « l’adikphonia », drôle de maladie qui touche les personnes accro à leur portable, j’ai besoin d’un témoignage, quelqu’un qui vit sans portable. Mais comment faites-vous?!
    Cet interview se fera par téléphone, pour un article papier. Je suis étudiante en journalisme à l’IPJ Paris.
    Merci de votre contribution.

    Céline

    • MORIZET Hervé
      19/09/2013

      Bonjour,

      Je suis depuis toujours sans portable et je n’ai pas l’intention de m’en procurer un.
      Je puis vous assurer que l’on peut très bien vivre sans !!!
      Sinon, je suis disponible pour l’interview…

      A bientôt !
      Hervé

      • Montécot
        19/09/2013

        Merci Hervé,
        Est-ce que je peux en savoir un peu plus sur votre profil : âge, profession, dans quelle ville habitez-vous ?
        Peut-être en message privé : celine.montecot@hotmail.fr

        A bientôt.

        Céline

      • labourseoulavie
        20/09/2013

        « l’adikphonia », « drôle de maladie »… tout cela vraiment est à la limite du surnaturel. Merci Hervé de vous porter volontaire !

  11. MORIZET Hervé
    20/09/2013

    Ce fut un plaisir…

  12. Seguin
    03/04/2014

    Bonjour .
    Depuis que je suis né, il y des lustres, je n’ai pas de téléphone mobile non plus. Ce qui m’agace ce sont les sites sur le net qui demandent un numéro de portable pour s’inscrire…et qui ne prévoient même plus de case pour le fixe…

  13. Seguin
    03/04/2014

    Allo, quelqu’un a mille euros ? Ah…ça passe jamais ces salopries !

  14. Célofane
    26/07/2014

    Bonjour,
    J’ai 48 ans et jamais eu de portable, pas le temps, j’ai trop à faire, trop de livres à lire, de gens à rencontrer, de discuter de tout et de rien avec les gens dans la rue, des gens dans les bus, regarder l’architecture des bâtiments et immeubles qui m’entourent, les oiseaux qui font leur nid, bref la vie quoi !
    Je ne veux pas qu’un objet prenne une certaine emprise sur ma vie, je veux ma liberté.
    Ce qui me vaut des réflexions, des moqueries sur mon lieu de travail et moi de répondre que je les plains de les voir esclaves de leur tél.
    Mes collègues me regardent bizarrement et se passent le mot dans la Sté, je suis la fille qui n’a pas de portable et les autres collègues n’en reviennent pas, c’est pas possible mais comment tu fais ?
    Ce que je sais c’est qu’ils me font de la peine à les voir dépendants ainsi, drogués de cet appareil, c’est moi qui me demande mais comment font ils pour passer autant de temps là-dessus ?
    Et je ne vous dis pas si malencontreusement ils l’oublie quelque part !
    Ce que je trouve très désagréable c’est de déjeuner entre collègues car la politesse a été absorbée par cet appareil, je suis là à échanger et d’un coup sans prévenir ils sont tous sur leur portable, tout en écoutant d’une oreille distraite….du coup j’ai l’impression de perdre mon temps, l’échange est stérile, je préfère déjeuner avec un bon bouquin c’est plus riche !

  15. Tiphanie
    26/05/2015

    Bonjour,
    J’ai découvert ton blog depuis peu. Je vois que nous avons un mode de vie similaire. Et je suis contente de trouver une rare personne à ne pas avoir de portable ! Il n’y a aucun téléphone portable dans notre foyer depuis 7 ans et nous nous en portons très bien ! Quand nous partons en vacances, c’est toujours un peu galère de trouver une cabine téléphonique qui marche mais bon, on se débrouille. Le plus hallucinant c’est quand tu vas au resto et que chaque convive est sur son portable et ne parle pas avec son voisin de table !!! J’ai vraiment l’impression d’être une estra-terrestre !!!
    Allez, je continue ma lecture.
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 29/04/2013 par dans Mode de vie.

Instagram

Après une grosse semaine de froid, j’ai enfin sorti mes vêtements d’hiver. Ils tiennent sur deux étagères et quatre cintres. Vive une garde-robe minimaliste, d’occasion, inventive et créative (enfin qui tente de l’être) !

#minimalism #minimalisme #minimalistwardrobe #wardrobe #garderobeminimaliste #hiver #winter #secondhand #vetementsdoccasion #zerodechet #zerowaste #videgrenier #thriftshop L’automne zéro déchet...
*
*
Le filet à provision, made in Normandie, m’a été offert par ma mamie 💙
*
#automne #automn #pomme #muscat #apple #zerodechet #zerowaste #bulk #vrac #madeinfrance « Collect moments, not things »... Vue de la fenêtre de notre auberge à St Cirq Lapopie. Éblouissant. 
Nous sommes parties découvrir le Lot pendant trois jours, c’est une belle escapade... Est-il encore besoin de rappeler que le minimalisme permet d’économiser et de s’offrir des moments comme celui-ci ?

#lot #stcirqlapopie #collectmomentsnotthings #midipyrénées #minimalisme  #minimalism #viewfromthewindow #automn #automne #chambreavecvue Deuxième fournée de confiture de citre ou pastèque à confiture et deuxième version : morceaux plus petits pour qu’ils soient plus confits, des morceaux de citron et moins d’agar agar. La citre a déjà un petit goût vanillé alors je n’ai pas ajouté de vanille... Un pied de citre m’a donc donné 5kg de fruits, et tout ça grâce à la gainotheque de la médiathèque de Toulouse !
#mediatheque #grainothèque #toulouse #confiture #pasteque #zerodechet #autosuffisance #jardin #potager #gardening #watermelon #jam Les salades d’hiver lèvent gentiment derrière la baie vitrée, à l’abris des limaces, avant d’aller s’implanter au jardin. Ne sont-elles pas belles ?
#potager #salades #semis #gardening #potagerbio Voilà après tout le monde (comme d’habitude) je me suis essayée au « tracker » du bullet journal... je n’ai pas encore le journal en question mais j’étais intriguée par le concept du tracker.
....
Après plusieurs semaines d’utilisation, petit bilan : je ne pense faire faire ça sur la durée mais je trouve amusant. Je pense qu’il ne faut pas le prendre comme quelque chose de culpabilisant mais au contraire, moi il m’a motivée à faire certaines activités de la liste et m’a surtout permis de réaliser tout ce que je faisais de plus que l’année dernière, sans m’en rendre compte : deux séances piscine par semaine, de la méditation, etc.  Et vous, vous en avez un ? Et un billet journal ? Qu’en pensez-vous ?

#bulletjournal #bujo #tracker
Follow La Bourse ou la Vie on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :