La Bourse ou la Vie

La vraie vie c'est la littérature mais avant tout la vie c'est la vie, pas la bourse, dans tous les sens du terme, la bourse financière, ou toute autre notion d'argent. Blog minimaliste.

Pourquoi j’ai débranché mon frigo.

DSC01872

En préambule de ce texte, je tiens  préciser à que je fais état d’une démarche personnelle, et qui peut-être n’a de sens que pour moi. Qu’en aucun cas, je n’enjoins la moindre personne à débrancher son frigo contre sa volonté, ou à le transformer en étagère pour stocker les livres de cuisine. Ou ni même ne fait l’apologie de ce genre de vie sans fraîcheur.

Donc, pourquoi ai-je débranché mon frigo ? Nous y voilà.

Parce que vivre sans voiture, sans téléphone portable, sans télévision, c’est d’un commun, mais que vivre sans frigo, là, c’est déjà plus inhabituel. On commence à toucher aux confins des limites humainement acceptables. Non, trêve de plaisanterie, vraiment, pourquoi ai-je débranché mon frigo ?

Je ne le sais pas encore vraiment. Mais ce qui est certain, c’est que depuis le 17 septembre, l’appareil n’est plus en état de marche, et me sert désormais de placard – que je me garde bien de fermer complètement, sous peine de voir apparaître une « odeur pestilentielle » comme m’en a menacé mon père. Et cerise sur le gâteau, je suis toujours en vie, et même pas intoxiquée (pas encore, diront certains).

C’est donc que c’est possible, à défaut d’être souhaitable.

Il me semble que la première et meilleure raison à ce geste irraisonné pour le commun des mortels, est le besoin de bouger un peu les limites. Peu importe lesquelles. Je crois que déjà, lorsque j’expliquais que je n’avais pas de portable et que je me sentais libre, libre, on me regardait avec de grands yeux plein, au mieux, d’incompréhension, au pire, de pitié, alors que dire de ce nouvel acte de folie ?
J’ai commencé par l’annoncer à ma famille, pour tester leur réaction. Bien mal m’en a pris, on m’a vouée aux gémonies, j’allais tomber malade, peut-être même mourir. J’étais folle. Je ne pouvais pas faire ça. (En réalité, si, puisque je l’avais déjà fait.) Ca ne m’a pas arrêtée pour autant, et je me suis dit que du moment que j’avais commencé cette expérience, et bien j’allais aller au bout en en parlant autour de moi. Pour peut-être susciter des vocations, qui sait ? Au moins pour faire réfléchir et s’interroger les autres. Je veux bien qu’on condamne cette action, mais pas sans l’avoir au moins analysée et s’être penché sur la question.

Mais est-ce vraiment la première raison ? Quelle est la première raison ?

Peut-être est-elle écologique ? Bien qu’un frigo ne consomme qu’environ 45 euros d’électricité par an. Cependant, si on pense au fait qu’on alimente un appareil pour qu’un petit espace de quelques centimètres carrés reste toujours gelé, et ce à l’intérieur de notre habitation, que l’on chauffe en hiver, on commence à se poser des questions. Est-ce bien nécessaire ? Un congélateur, et dans une moindre mesure, un réfrigérateur n’incitent-ils pas à stocker trop, et de ce fait, malgré nous – parce que le pot de crème fraîche est allé se nicher derrière le plat de pâtes cuites en trop, qu’il a été oublié et que maintenant, il est bon à aller à la poubelle – à jeter de la nourriture ?

Je crois que c’est également mais surtout, par-dessus tout, peut-être, finalement, une envie, un besoin, de se sentir libre. De tout et n’importe quoi. Si certes, la liberté ne se résume pas à débrancher son frigo, elle peut se trouver dans ces petits gestes, dont on nous apprend à ne pas laisser germer la plus petite idée de changement. « Ce qui est, est. C’est ainsi. Point de salut dans la polémique. Faites comme tout le monde, sinon vous serez mis au ban de la société.» Non, c’est faux. Nous pouvons bouger, vivre autrement. En être arrivé à se passer de frigo pour le découvrir et l’expérimenter…

« Sommes-nous vraiment libres » s’interrogeait Philosophie Magazine, il y a quelques mois…
La liberté n’est-elle pas d’oser ce qu’on nous demande de considérer comme acquis et inébranlable ? Encore et toujours questionner, se demander, regarder de côté, décaler d’un degré pour tout, pas que pour les appareils ménagers, branchés ou non, je vous rassure.

Alors, et si en débranchant son frigo, on pouvait faire bouger le monde ? Et déclencher une révolution ? Par ce geste si anodin et ridicule, voire insignifiant, qui dirait à tous que nous sommes libres ? Oserai-je citer Malraux à propos de réfrigérateur ? Oui, allez, j’ose, tant pis. « La liberté appartient à ceux qui l’ont conquise. »

Publicités

13 commentaires sur “Pourquoi j’ai débranché mon frigo.

  1. Djampa
    03/05/2013

    mais comment faites-vous?
    Comment conservez-vous la crème (justement), le beurre et tout un tas d’autres produits frais?

  2. labourseoulavie
    03/05/2013

    Bonjour, et bien, tout est question de quantité. Il existe de petits pots de crème, des yaourts vendus par deux et non par lots de six ou douze, le lait végétal se trouve sous divers conditionnement en carton (et non plastique), y compris de très petits, j’achète de petits morceaux de fromage que je consomme dans les deux ou trois jours, le beurre se conserve dans un beurrier à eau au moins trois semaines, à condition de bien changer l’eau régulièrement, quant aux fruits et légumes, s’ils ne vont pas au réfrigérateur, il ne s’en portent que mieux… la liste est longue et je pourrais continuer ainsi très longtemps. Le fait est que c’est largement possible et que l’on évite ainsi de trop stocker de produits périssables.

    • Kate
      09/05/2013

      Mais, les yaourts vendus par deux, ça coûte plus cher que le lot de six ou dix… Le demi litre de lait coûte presque autant que le litre… Et les boissons fraîches/glaçons, ça ne vous manquera pas en été ?

  3. labourseoulavie
    10/05/2013

    Et bien, il me semble qu’étant seule, je n’ai pas besoin de six ou dix yaourts… d’ailleurs, j’en mange très peu… C’est une question de choix ! Tout est une question de choix !

  4. Henri Heuzé
    12/05/2013

    Le frigo est tombé en panne 5 jours avant Noël. La cata !

    Pour des raisons financière, nous l’avons remplacé par un petit table-top pour les urgences (lait, beurre, yaourts, restes etc) et nous avons redécouvert le rôle du cellier jusque fin avril : vive l’hiver 2012-2013 !
    Tant que la température du cellier se maintenait entre 3 et 7°c, c’était plutôt cool, notamment pour les légumes, les salaisons et les fromages… mais le mois d’avril arrivant, ce fut de plus en plus difficile de tenir : hors de question de laisser les salaisons et les fromages se perdre.

    Nous avons dû casser la tirelire et acheter un nouveau frigo tout beau tout grand que nous apprécions d’autant plus qu’il nous a vraiment manqué… le bougre !

    Conclusion, on pourrait éteindre le frigo de fin novembre à mi-avril, soit plus de 4 mois par an.

    Ah oui… un petit détail, nous sommes 7 à la maison 🙂

  5. Ce qui me plait c’est l’idée de forcément faire les courses tous les jours en petite quantité… donc soutenir le commerce local.

  6. Yellow
    13/06/2013

    salut!

    je viens de découvrir ton blog et de lire sur l’index quelques termes comme: freeganism, vegan, se passer d’ikea, plus de portable, etc), je sens que je vais apprécier tes autres articles!

    ha, et..au fait! pour te ‘rassurer’, tu n’es pas seule à avoir débranché ton frigo, je l’expérimente depuis plus de 2ans, vu qu’il ne me sert à rien (crudivore-végétalien, donc en gros, principalement des fruits et légumes)

    allez, je m’en vais lire tes autres articles!

    • labourseoulavie
      03/09/2013

      Bonne lecture, et merci pour ce commentaire positif !
      (et oh mon dieu, un crudivore-végétalien, quelle horreur, a-t-on idée de manger ainsi ? ; )

      • Yellow
        03/09/2013

        de rien, tes propos le méritent!

        le nombre de fois que j’ai eu droit à ce type de réflexions..et bien pire, tu t’en doutes!
        heureusement que là, c’est avec humour, ça change..ça fait plaisir même 😉

  7. labourseoulavie
    03/09/2013

    Oh oui, avec humour, bien sûr. En tant que simple végétarienne, j’y ai eu droit tellement de fois, encore maintenant, que je n’imagine pas ce que tu as pu entendre…. !

    • Yellow
      04/09/2013

      ..et que j’entendrai tant que je mangerai ainsi..
      (donc encore un boooon moment, vu comme cette manière de m’alimenter me convient parfaitement)
      malheureusement, ça ne s’arrête pas à des paroles, mais ça permet de découvrir les personnes qui t’apprécient réellement et profondément pour la personne que tu es, et non pas ce que tu veux bien montrer pour plaire à la majorité

      bon courage à toi pour maintenir le cap, et n’hésite pas à partager ton mode de vie, il y a plus de personnes que ce que l’on imagine que ça intéresse 😉

  8. labourseoulavie
    04/09/2013

    Je vais essayer de maintenir le cap. Et si jamais ça t’intéresse de participer, cet endroit est participatif… alors si tu veux raconter ton expérience, ou autre…

    • Yellow
      04/09/2013

      c’est sympa, je te remercie pour cette proposition!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 02/04/2013 par dans Mode de vie.

Instagram

Après une grosse semaine de froid, j’ai enfin sorti mes vêtements d’hiver. Ils tiennent sur deux étagères et quatre cintres. Vive une garde-robe minimaliste, d’occasion, inventive et créative (enfin qui tente de l’être) !

#minimalism #minimalisme #minimalistwardrobe #wardrobe #garderobeminimaliste #hiver #winter #secondhand #vetementsdoccasion #zerodechet #zerowaste #videgrenier #thriftshop L’automne zéro déchet...
*
*
Le filet à provision, made in Normandie, m’a été offert par ma mamie 💙
*
#automne #automn #pomme #muscat #apple #zerodechet #zerowaste #bulk #vrac #madeinfrance « Collect moments, not things »... Vue de la fenêtre de notre auberge à St Cirq Lapopie. Éblouissant. 
Nous sommes parties découvrir le Lot pendant trois jours, c’est une belle escapade... Est-il encore besoin de rappeler que le minimalisme permet d’économiser et de s’offrir des moments comme celui-ci ?

#lot #stcirqlapopie #collectmomentsnotthings #midipyrénées #minimalisme  #minimalism #viewfromthewindow #automn #automne #chambreavecvue Deuxième fournée de confiture de citre ou pastèque à confiture et deuxième version : morceaux plus petits pour qu’ils soient plus confits, des morceaux de citron et moins d’agar agar. La citre a déjà un petit goût vanillé alors je n’ai pas ajouté de vanille... Un pied de citre m’a donc donné 5kg de fruits, et tout ça grâce à la gainotheque de la médiathèque de Toulouse !
#mediatheque #grainothèque #toulouse #confiture #pasteque #zerodechet #autosuffisance #jardin #potager #gardening #watermelon #jam Les salades d’hiver lèvent gentiment derrière la baie vitrée, à l’abris des limaces, avant d’aller s’implanter au jardin. Ne sont-elles pas belles ?
#potager #salades #semis #gardening #potagerbio Voilà après tout le monde (comme d’habitude) je me suis essayée au « tracker » du bullet journal... je n’ai pas encore le journal en question mais j’étais intriguée par le concept du tracker.
....
Après plusieurs semaines d’utilisation, petit bilan : je ne pense faire faire ça sur la durée mais je trouve amusant. Je pense qu’il ne faut pas le prendre comme quelque chose de culpabilisant mais au contraire, moi il m’a motivée à faire certaines activités de la liste et m’a surtout permis de réaliser tout ce que je faisais de plus que l’année dernière, sans m’en rendre compte : deux séances piscine par semaine, de la méditation, etc.  Et vous, vous en avez un ? Et un billet journal ? Qu’en pensez-vous ?

#bulletjournal #bujo #tracker
Follow La Bourse ou la Vie on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :